Saint Rémi, patron secondaire de la France

En ce 15 Janvier, nous fêtons Saint Rémi, saint patron secondaire de la France à l’instar de Sainte Jeanne d’arc, Saint Louis, Sainte Pétronille, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, Saint Martin et Saint Michel.

Né vers 437 à Cerny, près de Laon, Rémi est d’une famille noble comptant de nombreux saints : sa mère est sainte Céline. Son frère aîné, saint Principe, deviendra évêque de Soissons et le fils de son frère cadet est saint Loup. Rémi fait de brillantes études et rédige un recueil de déclamations éloquentes. Il est cependant attiré par la solitude de la vie érémitique.

En 458, à moins de 22 ans, alors que les canons en réclamaient 30, il est élu évêque de Reims. Sidoine Appolinaire lui adresse vers 475 une lettre particulièrement élogieuse.  » Il n¹existe pas de notre temps un orateur que votre habileté ne surpasse sans peine et ne laisse très loin derrière vous « .

Durant son épiscopat de plus de 70 ans, l¹un des plus longs de l¹Eglise, Rémi se révèle un grand administrateur ainsi qu¹un grand apôtre obtenant miracles et conversions spectaculaires. Il rétablit saint Waast sur le siège d¹Arras, puis le nomme à Cambrai, restaure l¹épiscopat de Thérouanne, de Cologne, établit saint Eleuthère à Tournai et saint Médard à Saint-Quentin puis à Noyon. Il érige Laon en diocèse.

Mais l¹histoire retient surtout le rôle de saint Rémi dans la conversion de Clovis. Dès qu¹il accède au trône, Rémi le félicite et lui apporte des conseils qui font présager le choix que feront de Clovis les évêques de Gaule et de Germanie pour constituer la future nation française. Après sa conversion définitive à la suite d¹un pèlerinage sur le tombeau de saint Martin et la fameuse victoire de Tolbiac, Clovis demande à être baptisé des mains du saint évêque. La célébration a lieu dans la nuit de Noël et non dans la nuit de Pâques, comme c¹était déjà l¹usage liturgique, afin de signifier que dans ce baptême naissait la première nation chrétienne, ce qui expliquera le titre qu¹on lui donnera plus tard de  » fille aînée de l¹Eglise « . Le baptême du roi franc, de sa famille et de trois mille de ses guerriers, en présence de vingt évêques, constitue l¹acte fondateur de la nation française enracinée indéfectiblement dans le mystère chrétien.

Saint Rémi survivra plus de vingt ans à Clovis. Il meurt le 13 janvier 533 à plus de quatre-vingt-quinze ans. Son corps est enseveli à Saint Christophe de Reims. On le trouve sans aucune trace de corruption lorsqu¹on le lève de terre en 852. Au concile de Reims de 1049, le pape saint Léon IX ordonne la translation du corps dans l’église bénédictine qui prend dès lors le nom de saint Rémi. Biographie plus complète ici.

Secourez les malheureux, protégez les veuves, nourrissez les orphelins… Que votre tribunal reste ouvert à tous et que personne n’en sorte triste ! Toutes les richesses de vos ancêtres, vous les emploierez à la libération des captifs et au rachat des esclaves. Admis en votre palais, que nul ne s’y sente étranger ! Plaisantez avec les jeunes, délibérez avec les vieillards !Lettre de saint Rémi au roi Clovis – 48

Laisser un commentaire

Agenda
Adhésion à l’URBVM
Adhésion URBVM
Newsletter
Prospectives Royalistes
Pour recevoir gratuitement notre journal
Fil Twitter